Open Space : vrai ou faux ami

Ha oui, L’open Space, l’ami des dirigeants, l’ennemi des collaborateurs. Qu’est-ce qu’on entend pas sur ce mode d’aménagement des locaux. Certains ne jurent que ce mode d’organisation, d’autres jurent qu’il est le bras armé des managers pour faire craquer les collaborateurs les moins performants et les pousser au burn-out.

Dans le domaine du commercial, communication ou marketing, est-ce une bonne alternative pour pouvoir travailler efficacement.. (il s’agit bien de cela!!!)

Pour une réussite maximum dans les métiers de la prospection commerciale, de la relation client en entreprise, l’environnement de travail (bureau, chaise, écran) joue un rôle important pour obtenir le succès souhaité et surtout dans l’épanouissement d’un collaborateur.

Quels objectifs?

L’idée de mettre en place des OPEN SPACE permet de gagner de l’espace, de la place et donc de pouvoir accueillir un maximum de personne dans des espaces de plus en plus restreint (et plus cher!!)

Le principe de l’open space repose sur la circulation des informations, des personnes, de travail dans un espace commun mais réelle sans possibilité d’avoir un peu d’intimité (sauf pour aller aux toilettes).

Toutefois, les métiers qui impliquent de passer un certain temps au téléphone,  demandent que chaque acteur fasse preuve d’une forte concentration, une attention accrue pour que chaque action soit le plus efficace et utile possible.

Passons en revue les points faibles et les points forts de ce système.

Les points faibles :

– La concentration ne peut pas être optimum : le bruit environnant y est constant, même si il existe des solutions pour atténuer le bruit 

Le casque reste le seul moyen de réduire le bruit.

– Les échanges parfois informels nuisent à la concentration des personnes qui appellent.

– La tentation de procrastiner devient très forte : un brouhaha important peut inciter à reporter des tâches qui nous paraîtront peu important.
– Le bruit environnant peut devenir une source de stress pour les personnes qui ont besoin de calme pour me mener à bien leurs tâches.

Si aujourd’hui, plus 60% des entreprises en France revendiquent travailler dans cet aménagement, soyons réaliste : il n’est pas possible d’être efficace si on doit passer un maximum d’appel, détecter un maximum d’opportunité d’affaires ou convaincre des partenaires.

Prenons un exemple simple, dès que vous recevez un appel de votre opérateur internet, vous n’avez même pas besoin de tendre l’oreille :
vous entendrez certainement la conversation d’un autre collègue qui tente lui aussi de vendre le même produit ou service à un autre prospect.

Quelques bonnes pratiques en Open Space :

Toutefois (et c’est souvent le cas) si vous n’avez pas le choix, quelques règles s’imposent :

Le téléphone portable, sur vibreur, tu mettras (oui, oui, ce mode existe).
De sortir de bureau,  si tu dois passer un appel personnel, tu feras.
D’interpeller un collègue en hurlant, tu éviteras.
Les conférences téléphoniques, ailleurs tu les réaliseras.

Les pour (parce qu’il y a quand même des bons côtés)  : 

Ce système d’organisation permet toutefois de générer plus de contact, plus de communication entre les collaborateurs, plus besoin d’envoyer un mail et hurler, demander  : « tu as reçu mon mail? »
En effet, dans un système cloisonné, il est plus difficile d’échanger avec les collègues ou de la direction sans les déranger.

Un exemple : Voici ou travaille le fameux Mark Zukerberg.

zuckerberg

L’ami Mark aime travailler au plus près de ses collègues … quand il veut bien passer au bureau

 

 

 

 

 

 
source : Kombini

 

L’investissement mobilier étant de plus en plus coûteux, ce système permet de réduire considérablement les coûts plutôt que d’aménager des bureaux avec une ou deux personnes dans un bocal.

Les salariés se sentent plus impliqués dans la gestion de l’entreprise, car ils se trouvent au plus près des décisionnaires et ils ont donc accès aux informations qui les concernent plus rapidement.

Petit Bonus :  les petits malins qui surfent sur les réseaux sociaux toute la journée seront obligés de travailler (tout rapport avec la photo précédente est un vrai coup de bol).

Pour conclure, pour les populations devant être régulièrement au téléphone, l’open space ne peut être une solution de productivité (je n’aime pas ce terme pour ce métier….).

A très bientôt.

Ps : Et si vous avez besoin de conseil pour aménager votre environnement de travail (Open Space ou non), allez voir ce site

 

 

 

La trame

L’argumentaire ou trame vous sert de fil rouge pour votre prospection téléphonique.

Est’il important de rédiger sa trame?

Oui

Est’il important de la suivre?

Oui.

Est’il important que chaque personne possède exactement la même trame?

NON et mille fois non.

Si un fil rouge est nécessaire (présentation de la société, présentation du produit ou service, validation de l’interlocuteur, de sa disponibilité),
la trame doit être rédigée par la personne avec ses propres mots, sa façon de parler, sa façon de convaincre, bref cet argumentaire doit intégrer sa propre personnalité.

Par exemple :

La réussite d’un argumentaire repose sur quatre fondements :

– la connaissance impérative du produit, de ses caractéristiques.
– cela peut sembler banal mais un simple « vernis » des produits et services n’est plus suffisant pour détecter une bonne opportunité d’affaire, les prospects sont maintenant au courant de leur marché, des acteurs qui font références et sont devenus beaucoup plus exigeant que par le passé.
Si le premier contact ne se passe pas correctement, c’est terminé. Ne dit-on pas que l’on a une seule occasion de faire une bonne impression!!!
– des phrases d’accroches simples et efficaces.
– Inutile de faire dans la littérature du 17 ème siècle : vos clients ou prospect n’ont plus le temps de passer des heures au téléphone (ou en réunion), soyez rapide, clair, concis.
– la personnalité de l’appelant.
– c’est la pierre angulaire d’un argumentaire : une personne ayant une nature réservée ne se sentira pas à l’aise avec un argumentaire court, allant à l’essentiel avec un délais imposé (vive l’abattage de fichier!!!)ne pourra pas faire une prospection efficace, en sortira frustré.
A l’inverse, une personne ayant une nature plus dynamique aura du mal si la trame est longue et demande de creuser en profondeur sur les besoins du prospect.
Il est donc essentiel de rédiger sa trame en fonction de soi.
– le ou les objectif des appels
– ceux-ci doivent être définis avec précision avec la plus grande précision, donc être SMART*

En négligeant un des ces aspects, vous allez droit à l’échec, à la démotivation et donc à l’abandon de la prospection (avec les conséquences que vous imaginez…)

Donc :

Formez vous à votre produit, ses caractéristiques principales, les avantages que cela peut apporter à l’entreprise prospectée, quelles sont les valeurs ajoutées de vos produits ou services.

Faites des phrases simples, rapides, pertinentes.

Créer votre argumentaire en fonction de votre personnalité, des mots que vous aimez utiliser.

Faites tout ceci en fonction de l’objectif de l’appel (prise de rendez-vous, qualification, premier contact, invitation etc…)

Bonne chance et bon courage.

*(Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste, Temporel), on en reparlera dans un autre article 🙂